Vous pouvez utiliser des formules et des fonctions dans des listes ou des bibliothèques pour calculer des données de différentes manières. En ajoutant une colonne calculée à une liste ou une bibliothèque, vous pouvez créer une formule qui inclut des données d’autres colonnes et effectue des fonctions pour calculer des dates et des heures, pour effectuer des équations mathématiques ou pour manipuler du texte. Par exemple, dans une liste de tâches, vous pouvez utiliser une colonne pour calculer le nombre de jours nécessaires à l’achever sur la base des colonnes Date de début et Date de fin.

Remarque : Cet article décrit les concepts de base liés à l’utilisation de formules et de fonctions. Pour plus d’informations sur une fonction particulière, consultez l’article qui traite de cette fonction.

Contenu de cet article

Vue d’ensemble des formules

Les formules sont des équations qui effectuent des calculs sur les valeurs d’une liste ou d’une bibliothèque. Une formule commence par un signe égal (=). Par exemple, la formule suivante multiplie 2 par 3, puis ajoute 5 au résultat.

=5+2*3

Vous pouvez utiliser une formule dans une colonne calculée et calculer des valeurs par défaut pour une colonne. Une formule peut contenir des fonctions, des références de colonnes, des opérateurs et des constantes, comme dans l’exemple suivant.

=PI()*[Result]^2

Élément

Description

Fonction

La fonction PI() renvoie la valeur pi : 3,141592654.

Référence (ou nom de colonne)

[Résultat] représente la valeur de la ligne actuelle dans la colonne Résultat.

Constante

Nombres ou valeurs de texte entrées directement dans une formule ( par exemple, 2).

Opérateur

L’opérateur * (astérisque) le multiplie et l’opérateur ^ (caret) élève un nombre à une puissance.

Une formule peut utiliser un ou plusieurs des éléments du tableau précédent. Voici quelques exemples de formules (dans l’ordre de complexité).

Formules simples (par exemple, =128+345)

Les formules suivantes contiennent des constantes et des opérateurs.

Exemple

Description

=128+345

Additione 128 et 345.

=5^2

Carrés 5

Formules qui contiennent des références de colonnes (telles que =[Chiffre d’affaires] >[Coût])

Les formules suivantes font référence à d’autres colonnes dans la même liste ou bibliothèque.

Exemple

Description

=[Revenu]

Utilise la valeur de la colonne Chiffre d’affaires.

=[Chiffre d’affaires]*10/100

10 % de la valeur de la colonne Chiffre d’affaires.

=[Chiffre d’affaires] > [Coût]

Renvoie Oui si la valeur de la colonne Chiffre d’affaires est supérieure à la valeur de la colonne Coût.

Formules qui appellent des fonctions (telles que =MOYENNE(1, 2, 3, 4, 5))

Les formules suivantes appellent les fonctions intégrées.

Exemple

Description

=MOYENNE(1; 2; 3; 4; 5)

Renvoie la moyenne d’un ensemble de valeurs.

=MAX([T1], [T2], [T3], [T4])

Renvoie le plus grand nombre de la série de valeurs.

=SI([Coût]>[Chiffre d’affaires], « Pas OK », « OK »)

Renvoie Non OK si le coût est supérieur au chiffre d’affaires. Sinon, renvoie OK.

=JOUR(« 15-avr-2008 »)

Renvoie la partie du jour d’une date. Cette formule renvoie le nombre 15.

Formules avec fonctions imbrmbrées (telles que =SOMME(SI([A]>[B], [A]-[B], 10), [C]))

Les formules suivantes spécifient une ou plusieurs fonctions en tant qu’arguments de fonction.

Exemple

Description

=SOMME(SI([A]>[B], [A]-[B], 10), [C])

La fonction SI renvoie la différence entre les valeurs des colonnes A et B, ou 10.

La fonction SOMME additione la valeur de retour de la fonction SI et de la valeur de la colonne C.

=DEGRES(PI())

La fonction PI renvoie le nombre 3,141592654.

La fonction DED DED convertit une valeur spécifiée en radians en degrés. Cette formule renvoie la valeur 180.

=ESTNUM(TROUVE("BD",[Colonne1]))

La fonction TROUVE recherche la chaîne BD dans Colonne1 et renvoie la position de départ de la chaîne. Elle renvoie une valeur d’erreur si la chaîne est in trouvée.

La fonction ESTNOMBRE renvoie Oui si la fonction TROUVE renvoie une valeur numérique. Sinon, elle renvoie Non.

Haut de la page

Vue d’ensemble des fonctions

Les fonctions sont des formules prédéfinies qui effectuent des calculs en utilisant des valeurs particulières, appelées arguments, dans un certain ordre (ou structure). Les fonctions permettent d’effectuer des calculs simples et complexes. Par exemple, l’instance suivante de la fonction ARRONDI arrondit un nombre de la colonne Coût à deux décimales.

=ROUND([Cost], 2)

Le vocabulaire suivant est utile lorsque vous apprenez des fonctions et des formules :

Structure     La structure d’une fonction commence par un signe égal (=), suivi du nom de la fonction, d’une parenthèse ouvrante, des arguments de la fonction séparés par des virgules et d’une parenthèse fermant.

Nom de la fonction     Il s’agit du nom d’une fonction prise en charge par des listes ou des bibliothèques. Chaque fonction prend un nombre spécifique d’arguments, les traite et renvoie une valeur.

Arguments     Les arguments peuvent être des nombres, du texte, des valeurs logiques telles que Vrai ou Faux, ou des références de colonnes. L’argument que vous désignez doit produire une valeur valide pour cet argument. Les arguments peuvent également être des constantes, des formules ou d’autres fonctions.

Dans certains cas, une fonction peut être utilisée comme argument d’une autre fonction. Par exemple, la formule suivante utilise une fonction MOYENNE imbriée et compare le résultat à la somme de deux valeurs de colonne.

=AVERAGE([Cost1], SUM([Cost2]+[Discount]))

Retours valides     Lorsqu’une fonction est utilisée comme argument, elle doit renvoyer le même type de valeur que celui qu’utilise l’argument. Par exemple, si l’argument utilise Oui ou Non, la fonction imbribriée doit renvoyer Oui ou Non. Si ce n’est pas le cas, la liste ou la bibliothèque affiche un #VALUE! valeur d’erreur.

Limites des niveaux d’imbrication     Une formule peut contenir jusqu’à huit niveaux de fonctions imbrmbrées. Lorsque la fonction B est utilisée comme argument dans la fonction A, la fonction B est une fonction de deuxième niveau. Dans l’exemple ci-dessus, par exemple, la fonction SOMME est une fonction de deuxième niveau car il s’agit d’un argument de la fonction MOYENNE. Une fonction imbriée dans la fonction SOMME serait une fonction de troisième niveau, et ainsi de suite.

Remarques : 

  • Les listes et bibliothèques ne peuvent pas être prise en charge par les fonctions A RAND et MAINTENANT.

  • Les fonctions AUJOURD’HUI et MOI ne sont pas pris en charge dans les colonnes calculées, mais dans le paramètre de valeur par défaut d’une colonne.

Haut de la page

Utilisation de références de colonne dans une formule

Une référence identifie une cellule dans la ligne actuelle et indique à une liste ou une bibliothèque où rechercher les valeurs ou les données à utiliser dans une formule. Par exemple, [Coût] fait référence à la valeur de la colonne Coût de la ligne actuelle. Si la colonne Coût a la valeur 100 pour la ligne actuelle, =[Coût]*3 renvoie 300.

Avec les références, vous pouvez utiliser les données contenues dans différentes colonnes d’une liste ou bibliothèque dans une ou plusieurs formules. Les colonnes des types de données suivants peuvent être référencés dans une formule : une seule ligne de texte, un nombre, une devise, la date et l’heure, le choix, oui/non et calculé.

Vous utilisez le nom d’affichage de la colonne pour la référencer dans une formule. Si le nom inclut un espace ou un caractère spécial, vous devez le mettre entre crochets ([ ]). Les références ne sont pas sensibles à la cas. Par exemple, vous pouvez référencer la colonne Prix unitaire dans une formule en tant que [Prix unitaire] ou [Prix unitaire].

Remarques : 

  • Vous ne pouvez pas référencer une valeur dans une ligne autre que la ligne actuelle.

  • Vous ne pouvez pas référencer une valeur dans une autre liste ou bibliothèque.

  • Vous ne pouvez pas référencer l’ID d’une ligne nouvellement insérée. L’ID n’existe pas encore lors de l’calcul.

  • Vous ne pouvez pas référencer une autre colonne dans une formule qui crée une valeur par défaut pour une colonne.

Haut de la page

Utilisation de constantes dans une formule

Une constante est une valeur qui n’est pas calculée. Par exemple, la date 09/10/2008, le nombre 210 et le texte « Bénéfices trimestriels » sont tous des constantes. Les constantes peuvent avoir les types de données suivants :

  • String (Exemple : =[Nom] = « Smith »)

    Les constantes de chaîne sont entourées de guillemets et peuvent inclure jusqu’à 255 caractères.

  • Nombre (exemple : =[Coût] >= 29,99)

    Les constantes numériques peuvent inclure des décimales et peuvent être positives ou négatives.

  • Date (Exemple : =[Date] > DATE(2007,7,1))

    Les constantes de date nécessitent l’utilisation de la fonction DATE(année;mois;jour).

  • Booléen (exemple : =SI([Coût]>[Revenu], « Perte », « Aucune perte »)

    Oui et Non sont des constantes booléner. Vous pouvez les utiliser dans des expressions conditionnelles. Dans l’exemple ci-dessus, si Le coût est supérieur à Revenu, la fonction SI renvoie Oui et la formule renvoie la chaîne « Perte ». Si Coût est égal ou inférieur à Chiffre d’affaires, la fonction renvoie Non et la formule renvoie la chaîne « Aucune perte ».

Haut de la page

Utilisation d’opérateurs de calcul dans une formule

Les opérateurs indiquent le type de calcul que vous voulez effectuer sur les éléments d’une formule. Les listes et bibliothèques prisent en charge trois types d’opérateurs de calcul : arithmétique, de comparaison et de texte.

Opérateurs arithmétiques

Utilisez les opérateurs arithmétiques suivants pour effectuer des opérations mathématiques de base telles que l’addition, la soustraction ou la multiplication ; pour combiner des nombres ; ou pour produire des résultats numériques.

Opérateur arithmétique

Signification (exemple)

+ (signe plus)

Addition (3+3)

– (signe moins)

Soustraction (3-1)
Négation (–1)

* (astérisque)

Multiplication (3*3)

/ (barre oblique)

Division (3/3)

% (signe pourcentage)

Pourcentage (20 %)

^ (signe insertion)

Exposant (3^2)

Opérateurs de comparaison

Vous pouvez comparer deux valeurs avec les opérateurs ci-dessous. Lorsque deux valeurs sont comparées à l’aide de ces opérateurs, le résultat est une valeur logique oui ou non.

Opérateur de comparaison

Signification (exemple)

= (signe égal)

Égal à (A=B)

> (signe supérieur à)

Supérieur à (A>B)

< (signe inférieur à)

Inférieur à (A<B)

>= (signe supérieur ou égal à)

Supérieur ou égal à (A>=B)

<= (signe inférieur ou égal à)

Inférieur ou égal à (A<=B)

<> (signe différent)

Non égal à (A<>B)

Opérateur de texte

Utilisez l’etande (&) pour joindre ou concaténer une ou plusieurs chaînes de texte pour produire un seul élément de texte.

Opérateur de texte

Signification (exemple)

& (et commercial)

Connecte, ou concatène, deux valeurs pour produire une valeur de texte continu (« North"&"wind « )

Ordre dans lequel une liste ou une bibliothèque effectue des opérations dans une formule

Les formules calculent les valeurs dans un ordre spécifique. Une formule peut commencer par un signe égal (=). Après le signe égal se trouver les éléments à calculer (les opérandes), qui sont séparés par des opérateurs de calcul. Les listes et bibliothèques calculent la formule de gauche à droite, selon un ordre spécifique pour chaque opérateur dans la formule.

Ordre de priorité des opérateurs

Si vous combinez plusieurs opérateurs dans une seule formule, les listes et bibliothèques effectuent les opérations dans l’ordre indiqué dans le tableau suivant. Si une formule contient des opérateurs de même priorité (comme c’est le cas, par exemple, pour une formule contenant un opérateur de multiplication et un opérateur de division), les listes et bibliothèques évaluent les opérateurs de gauche à droite.

Opérateur

Description

Négation (comme dans –1)

%

Pourcentage

^

Exposant

* et /

Multiplication et division

+ et –

Addition et soustraction

&

Concatenation (connecte deux chaînes de texte)

= < > <= >= <>

Comparaison

Utilisation des parenthèses

Pour modifier l’ordre d’évaluation, entre parenthèses, la partie de la formule qui doit être calculée en premier. Par exemple, le résultat de la formule suivante est 11, car une liste ou une bibliothèque calcule la multiplication avant l’addition. La formule multiplie 2 par 3, puis ajoute 5 au résultat.

=5+2*3

En revanche, si vous modifiez la syntaxe en faisant appel à des parenthèses, la liste ou bibliothèque additionne 5 et 2, puis multiplie le résultat par 3 pour obtenir 21.

=(5+2)*3

Dans l’exemple ci-dessous, les parenthèses autour de la première partie de la formule obligent d’abord la liste ou la bibliothèque à calculer [Coût]+25, puis à diviser le résultat par la somme des valeurs des colonnes EC1 et EC2.

=([Cost]+25)/SUM([EC1]+[EC2])

Haut de la page

Besoin d’aide ?

Développez vos compétences
Découvrez des formations
Accédez aux nouvelles fonctionnalités en avant-première
Rejoindre Microsoft Insider

Ces informations vous ont-elles été utiles ?

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait(e) de la qualité de la traduction ?
Qu’est-ce qui a affecté votre expérience ?

Nous vous remercions pour vos commentaires.

×